SLA – Les bases

Hello la compagnie,

Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur le SLA. Mais à quoi ça sert au juste ? Cisco IP Service Level Agreement (SLA) est une feature propriétaire permettant de mesurer les performances réseau de bout en bout.

Il est composé d’un émetteur (Sender) et d’un ou plusieurs récepteurs (Receiver). L’émetteur effectue ses tests vers le recepteur et récupère les résultats. L’émetteur doit être est un routeur Cisco, les récepteurs peuvent être des routeurs Cisco et dans certains cas, des hôtes classiques (PC, Serveur, Switch L3, Firewall, etc…).

Il existe plusieurs types de tests (icmp-echo, icmp-jitter, udp-echo, udp-jitter, tcp-connect, voip, etc…) pour mesurer différentes caractéristiques tel que la latence, la jigue, la perte de paquet, etc… Ces tests sont configurés côté émetteur via des sondes SLA (Probes).

Cas concret : vérification de la joignabilité d’un hôte

Nous allons mettre en place une sonde de type “ICMP-echo” sur l’émetteur pour mesurer la joignabilité d’un hôte distant (le récepteur). Concrètement, voici ce qu’il va se passer : l’émetteur va envoyer périodiquement des requêtes de type ICMP Echo-Request au récepteur et ce dernier va répondre avec des Echo Reply.

Voici le schéma qui sera utilisé pour la mise en place de SLA :

Pour mettre en place le SLA, il y à 2 étapes à suivre :
1. Configurer la sonde SLA
2. Activer la sonde SLA

ÉTAPE 1 – Configuration de la sonde

Côté émetteur voici la configuration à mettre en place :

!
ip sla 1
imcp-echo 10.0.0.2 source-ip 10.0.0.1
frequency 10
!

On peut vérifier la configuration de la sonde via la commande sh ip sla configuration 1.

Côté récepteur, il n’y a rien à configurer pour ce type de test. En effet, l’émetteur va uniquement générer des paquets ICMP type Echo-Request et le récepteur sera capable d’y répondre naturellement.

ÉTAPE 2 – Activation de la sonde SLA

Côté émetteur :

!
ip sla schedule 1 start-time now life forever
!

Ici, j’ai demandé à l’émetteur de démarrer les tests tout de suite et de les faire perdurer à l’infini. Cependant, il est possible de les lancer plus tard et de les arrêter automatiquement au bout d’une période de temps fixée.

On peut vérifier l’état de la sonde avec la commande sh ip sla summary.

R1#show ip sla summary 
IPSLAs Latest Operation Summary
Codes: * active, ^ inactive, ~ pending

ID           Type        Destination       Stats       Return      Last
                                           (ms)        Code        Run 
-----------------------------------------------------------------------
*1          icmp-echo   10.0.0.2          RTT=7       OK          3 seconds ago

ÉTAPE 3 – Vérification des résultats obtenus

Maintenant que la sonde est en place, nous pouvons vérifier si le récepteur à bien répondu aux paquets envoyées par l’émetteur.

R1#show ip sla statistics 1
IPSLAs Latest Operation Statistics

IPSLA operation id: 1
        Latest RTT: 8 milliseconds
Latest operation start time: 23:51:19 EET Thu Jan 10 2019
Latest operation return code: OK
Number of successes: 4
Number of failures: 0
Operation time to live: Forever

Ce qui est le cas ! 4 paquets envoyés et 4 reçus depuis le démarrage de la sonde. It’s all good !

J’espère que ce petit article sur le SLA vous a été utile et instructif. J’ai volontairement abordé les bases sans rentrer dans les détails; le but était de faire une introduction sur le sujet. Dans un prochain article, nous verrons d’autres type de tests, la notion de “sla responder” et des modes d’utilisation avancés (couplé avec du PBR ou des routes statiques).

Cya !

2 Replies to “SLA – Les bases”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *